Nos produits :

Cheminée ancienne

25 produits sur 25
Page : 1
25 produits sur 25
Page : 1

Le marbre dans la décoration intérieure est utilisé depuis des temps immémoriaux, d’une palette chromatique extrêmement variée, avec des mélanges naturels inattendus, le marbre présente une potentialité exceptionnelle d’accords subtils et colorés toujours unique et un poli à l’épreuve du temps, ces qualités lui ont donné ses lettres de noblesse.

Les marbres voyagent depuis l’Antiquité, plusieurs marbres provenant de la Gaule ont décoré les monuments de Rome; les colonnes romaines, entre autres, de provenances diverses, se retrouvent éparpillées autour du bassin méditerranéen.
Hormis pour quelques églises du sud  de la France aux XIème et XIIème siècles les carrières furent oubliées et laissées à l’abandon jusqu’à la Renaissance où François Ier employa exclusivement des marbres français pour la décoration de ses châteaux.
Enfin, sous l’impulsion de Colbert, vint le siècle d’or des marbres français avec la découverte des marbres des Pyrénées et des Alpes.
L’extraction fut telle pendant ce XVIIème siècle, que le siècle suivant eut peu besoin d’exploiter les carrières précédemment ouvertes ou rouvertes.
Excepté pour quelques chantiers particuliers tel que l’opéra Garnier, au XIXème siècle la production française de marbre s’amenuise, l’Italie fournissant à moindre coût et couvrant les besoins grandissant de la période Haussemanienne.
Aujourd’hui pour la plupart fermées, les carrières restantes sont exploitées pour faire du granulat et peu de blocs sont extraits pour la décoration.

Le réemploi se pratique depuis l’Antiquité, le coût de la main-d’oeuvre étant inférieur au prix du matériau.

Voici un tableau non exhaustif de l’utilisation des marbres en fonction de l’époque.

  • Louis XIV : la griotte rouge de Féline Minervois, le Portor, la Brèche d’Alep, les Campan, le gris de Caunes , tous les rouges du Languedoc, le Rance de Belgique, le Sarrancolin, le rouge de Vérone, la brocatelle de Tortosa.
  • Régence : les mêmes marbres que sous Louis XIV et la brèche violette, la fleur de pêcher de Sarravezza, le rouge royal et la griotte rouge de Belgique, le vert antique.
  • Louis XV : on retrouve la brèche d’Alep, les Campan, les rouges de Belgique, le Sarrancolin, la brèche violette et la fleur de pêcher qui sont complétés par l’apparition du blanc de Carrare, du bleu turquin.
  • Louis XVI : identique au règne passé et apparition du gris Sainte Anne de Belgique.
  • Consulat et Empire : utilisation du granit et du porphyre réminiscence de la campagne d’Egypte et du marbre “petit granité belge”.
  • Restauration et Louis-Philippe : toute la gamme des noirs et des gris, Lumachelle de Lourdes, gris Sainte Anne, gris de Caunes, Minervois, bleu turquin, Noir fin de Belgique, bleu fleuri, etc.
  • Période Art Déco : la préférence va au Portor.

Les cheminées en marbre reflètent le style de l’époque autant que les inclinations de vie du moment, l’opulence et la sobriété pour le XVIIème siècle, l’exubérance de motifs, de courbes et la vivacité des couleurs pour la première moitié du XVIIIème siècle mis en exergue par la fantaisie rocaille, puis vinrent l’engouement de la Grèce et son architecture dite “classique” pour la deuxième moitié du siècle.
A partir du Directoire et jusqu’à la fin du XIXème siècle, la rectitude est de rigueur avec toutes les nuances du noir au blanc en guise d’austérité, contrairement au siècle précédent, en mélangeant les styles en fin de période. Très rares sont les cheminées en marbre de qualité, pendant la période Art Nouveau et Art Déco, elles ont été remplacées par le poêle puis par le chauffage central.

Nous vous proposons donc des cheminées en marbre datant du XVIIème au XIXéme siècle, aux bandeaux et jambages sculptés, mouvementés ou droits, de couleurs, du  noir au blanc sans oublier toutes les nuances de gris. Ces cheminées vous seront vendues restaurées si nécessaire et toujours en parfait état, prêtes à être installées.
Elles resteront toujours un élément décoratif où ce noble matériau s’exprime et le feu, dans leur foyer, un synonyme de convivialité.

Bibliographie : Utilisation des marbres, Jacques Dubarry de Lassale, H, Vial octobre 2005