Plaque cheminée ancienne, Contrecoeur ancien - Fonte - Louis XV - XVIIIe S.

Référence C-1740   

Nouveauté

Référence C-1740
Catégorie Plaques de cheminée et accessoires
Type PLAQUE CHEMINÉE ANCIENNE, CONTRECOEUR ANCIEN
Style LOUIS XV
Epoque XVIIIe S.
Provenance LORRAINE
Matériaux FONTE
Hauteur 80 cm
Largeur 96 cm
Profondeur 3 cm

Description

Plaque de cheminée d’époque XVIIIème siècle aux armes du Baron Joseph de Feriet (1707-1779), conseiller à la cour de Lorraine, issu de la branche aînée ou Louis-Philippe de Feriet (1707-1775), seigneur de Scy et de Verny, conseiller au parlement de Metz en 1728, président à mortier en 1755 ou son frère Dominique-Haycinthe-Nicolas de Feriet (1710-1742), conseiller au baillage de Metz en 1730, conseiller au parlement de Metz en 1733, tous deux issus de la branche cadette.

La famille de Feriet appartient à la noblesse de Lorraine depuis 1521. En 1736 elle fut autorisée, par lettres patentes, à faire précéder son nom de la particule.

De nombreux donateurs participent au financement de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, en Meurthe et Moselle, commencée vers 1491: le duc René II, Charles Quint, les seigneurs, prélats, marchands, bourgeois du lieu, les pèlerins. L'identité d'une partie de ces donateurs est visible sur les vitraux de l'édifice, sous forme d'armoiries dont Fiacre Fériet aïeul des deux branches. Voir notre dernière photo.

Notre plaque provient de Vigy en Moselle.
Il est à noter un fêle, très ancien, sans conséquence côté gauche de la plaque.

Blasonnement : D’or à La Croix de sable au franc-canton de gueules chargé d’une tour d’argent.

Notre plaque à l’écu oval, dans un cartouche entre deux coquilles inversées, est sommée d’une couronne de marquis. En support deux griffons. Un tapis de quadrillé à fleurette complète sa décoration.

Son poids est de 95 kg.

Bibliographie :
- PALASI P., plaques de cheminée héraldiques, Gourcuff Gradenigo, Paris, page 267 N° 574.
- Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables, 1906, G. Chaix d’Est-Ange , tome 18, pages 30 à 32.
Source :
- Les vitraux de Saint-Nicolas-de-Port, Corpus Vitrearum, Michel Hérold, 1993.

Merci à Mme Christine Chazeau pour ses recherches et sa pugnacité.